« La garantie, dans un délai raisonnable, l'activation de la détection en temps réel dans une unité entre Alba et Bra » C'est ce que demande conjointement les commissaires Environnement Bra Cravero Sara et Massimo Scavino Alba dans la région du Piémont et du Groenland, pour des données sur la qualité de l'air plus spécifique et représentative du territoire.

A partir de fin Octobre Alba et Bra ont adopté les dispositions du « nouvel accord-cadre pour l'adoption coordonnée et conjointe de mesures visant à améliorer la qualité de l'air dans le Padano » bassin, qui comprend l'activation des mesures anti-smog pour surmonter la niveaux d'alerte définis par la région du Piémont et sur la base de l'enquête d'une unité définie là « référence spatiale », à savoir celle d'Asti. Une telle unité a récemment quelques problèmes, dont les dernières mesures de niveau Pm10 air provenant de l'unité de commande d'Alexandrie, qui, à son tour, a cessé de travailler dans les jours entre le 17 et 21 Novembre.

« Nous ne savons pas si les données qui ont été la référence pour les municipalités Alba et Bra dans ces jours ont été extrapolées à partir de la station d'attente Alexandrie, mais certainement pas d'Alba ou Bra - expliquer dans la lettre à la région et les administrateurs Harp Bra et Alba - en outre, le 1 Septembre à 12 Novembre 2017 l'unité d'Alexandrie a dépassé la limite de 50 microgrammes / m3 sept jours de plus que l'unité Alba et six jours de plus que l'unité de commande de soutien-gorge, avec une moyenne quotidienne de 44,97 microgrammes / m3 que 35,01 38,90 d'Alba et Bra ».

"Reste un certain malaise - concluent Cravero et Scavino - à prendre des mesures pour limiter la circulation de nos citoyens sur la base des données d'une unité de détection située sur le territoire d'une autre province et distante à vol d'oiseau de 54 km d'Alba et 69 km de Bra ". (Em)